Sophrologie et réadaptation fonctionnelle

PRESENTATION

 

« Et j’ai décidé d’être heureux car c’est bon pour la santé ». Voltaire

LA SOPHROLOGIE

La sophrologie est une méthode essentiellement pratique. En séance de groupe ou en entretien individuel, je propose :

– Une approche de la relaxation (en sophrologie, la relaxation n’est pas une fin en soi mais un outil).

– Une meilleure utilisation de la respiration:

L’apnée respiratoire utilisée en sophrologie pour stimuler la prise de conscience via la « concentration » n’occupe que peu de place en kinésithérapie.

La technique IRTER ( inspiration, rétention de l’air, tension musculaire douce, expulsion de l’air, relâchement) peut être adjoint à tout type de rééducation. La rétention de l’air permet la concentration, et peut si besoin est, symboliser la contraction statique lorsqu’elle est trop douloureuse voire impossible.

Si nous demandons à la personne d’inspirer en faisant monter vers la surface son souhait au sujet de son problème, de garder l’air en pensant très clairement à la région incriminée puis de souffler, on obtient déjà une prise de conscience pour un investissement maximum.

– Un travail sur le schéma corporel,

– Des techniques d’activation mentale (visualisation et pensée positive).

Chaque aspect de cet entraînement répond à des besoins précis : travailler sur l’équilibre affectif et psychologique, aider à mieux s’investir dans sa propre rééducation.

La sophrologie est sous-tendue par un principe fort, celui du positif. Chaque exercice, vécu dans un niveau de conscience calme et intériorisée, a pour principal objectif : la dynamisation du positif.

Ainsi, le sophrologue propose :

– De mieux vivre la relation à son corps en développant des sensations agréables, grâce notamment au relâchement des tensions,

– De redécouvrir la respiration, de mieux l’utiliser et d’en faire une alliée,

– D’être plus fort psychologiquement en accédant aux ressources qui sont en chacun,

– De développer les capacités de maîtrise des émotions et des pensées.

De développer les capacités de récupération et de régénération de l’organisme.

Il s’agit également, en développant une meilleure relation à soi-même, d’améliorer la relation aux autres.

La sophrologie n’est pas une panacée et ne se substitue jamais à un traitement médical. Mais, en apprenant à gérer l’inévitable stress et les accidents de la vie, elle contribue au maintien de notre équilibre.

Je reste dans le cadre fixé par le code déontologique de ma profession. Je suis avant tout un enseignant qui transmet ce qu’il a lui-même expérimenté et intégré. La finalité de l’entraînement sophrologique est de conduire chacun vers plus d’autonomie, de liberté et prendre conscience de ses capacités à construire le chemin qui mène vers la guérison.

Complémentaire à la Kinésithérapie, elle se déroulera sur cinq temps:

-dialogue pré-sophronique

-sophronisation

-activation intra sophronique

-désophronisation

-dialogue post-sophronique.

Les cas les plus courants où je peux associer la démarche sophrologique sont:

-lumbago

-cervicalgie

-douleur de dos

-dépression avec rachialgies, arthralgies

-anorexie

-hémiplégie

-paralysie psychogène

-algoneurodystrophies ( ostéoporose douloureuse post-traumatique)

-lombalgies chroniques

-amputation

-sciatique

 

 

PROTOCOLE POSSIBLE.

 

Après avoir entrainé la personne à la sophronisation de base, puis à la sophronisation de base vivantielle, nous établirons un plan de travail qui comportera à la fois la progression habituelle et les méthodes spécifiques en fonction du cas du patient.

Nous introduirons le plus rapidement possible le S.D.N. ( sophro-déplacement du négatif).

Le SDN a pour but d’aider à surmonter:

– la douleur,

– les raideurs et dégénérescences,

– les résistances.

 Le SDN sera suivi dans la séance prochaine de la S.P.I. ( sophro présence immédiate).

Celle ci sera très efficace si le patient dit ou pense que c’est pour sa famille ou son entourage ou pour faire face à des responsabilités qu’il doit travailler.

D’autres méthodes très efficaces pourront être utilisées, notamment la psychoplastie sophronique (cf. annexe).

La S.A.P. (sophro acceptation progressive) terminera chaque séance dès que cela sera possible. Elle favorise en effet l’acceptation de la pathologie comme processus qui peut être soit directement amélioré, soit compensé.

Dès que le patient aura pratiqué avec le sophrologue, un CD enregistré permettra l’entraînement quotidien ou biquotidien selon la gravité du cas. Plus les phénomènes auront lieu, plus le patient évoluera dans son rapport avec l’affection.